Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ICM 2018 Rio

ICM 2018 Rio

Journal quotidien du Congrès International des Mathématiciens

Les Médailles Fields et autres prix de l'ICM

La médaille Fields

La médaille Fields est l'une des distinctions les plus prestigieuses - si ce n'est la plus prestigieuse de toutes - en mathématiques. Elle est attribuée tous les quatre ans, lors du Congrès International des Mathématiciens, à au plus quatre lauréats de moins de quarante ans. Elle est souvent mentionnée dans les médias comme le "prix Nobel des mathématiques" - les mathématiques ayant été "oubliées" par Alfred Nobel lorsqu'il énonça la liste des disciplines couronnées par son prix - , ce qui n'est pas tout à fait exact, compte tenu des modes d'attributions très différents de ces deux prix (âge des lauréats, périodicité, somme d'argent offerte). Une autre récompense, plus comparable au Nobel, a été créée en 2003 pour les mathématiciens : le Prix Abel.

Les Fields français

La France est la deuxième meilleure nation mondiale (derrière les Etats-Unis) pour le nombre de lauréats de la médaille Fields, avec, selon la manière dont on compte les lauréats, 11, 12 (plus rarement 13) mathématiciens récompensés au total ! Les Fields français sont :

- Laurent Schwartz (1950)

- Jean-Pierre Serre (1954)

- René Thom (1958)

- Alexander Grothendieck (1966) - qui n'était, en réalité, pas français mais apatride en 1966 ; il fut naturalisé en 1971 ; on considère tout de même volontiers sa médaille comme "française", puisqu'il passa l'essentiel de sa vie en France et y effectua son œuvre scientifique

- Alain Connes (1982)

- Pierre-Louis Lions (1994)

- Jean-Christophe Yoccoz (1994)

- Maxim Konsevitch (1998) - qui n'était pas encore français, mais russe, lorsqu'il obtint la médaille - celle-ci est donc plutôt portée au crédit de la Russie et non de la France - et ne fut naturalisé qu'en 1999 ; il vit en France depuis 1995

- Laurent Lafforgue (2002)

- Wendelin Werner (2006)

- Ngô Bao Châu (2010)

- Cédric Villani (2010)

- Artur Avila (2014)

Le prix Nevanlinna

La médaille Fields n'est pas l'unique prix décerné lors de l'ICM, même s'il reste le plus connu. Depuis 1982, le prix Nevanlinna, ainsi nommé en l'honneur de Rolf Nevanlinna, mathématicien finlandais spécialiste d'analyse complexe, récompense un lauréat par édition, pour des travaux mathématiques remarquables en lien avec l'informatique. Ses lauréats sont :

- Robert Tarjan (1982, Etats-Unis)

- Leslie Valiant (1986, R.-U.)

Alexander Razborov (1990, Russie)

- Avi Wigderson (1994, Israël)

- Peter Shor (1998, États-Unis)

- Madhu Sudan (2002, Inde et États-Unis)

- Jon Kleinber (2006, Etats-Unis)

- Daniel Spielman (2010, États-Unis)

- Subhash Khot (2014, Inde-États-Unis)

Le Prix Gauss

Le prix Gauss existe depuis l'édition 2006 de l'ICM. Il distingue des travaux en mathématiques appliquées. Ses lauréats sont :

- Kiyoshi Itô (2006, Japon)

- Yves Meyer (2010, France)

- Stanley Oscher (2014, Etats-Unis)

La Médaille Chern

Un des deux derniers prix créés parmi ceux décernés à l'ICM, la médaille Chern emprunte son nom au grand mathématicien chinois Shiing-Shen Chern, spécialiste de topologie et de géométrie différentielles. Ses lauréats ont été :

- en 2010, le Canadien Louis Nirenberg, spécialiste d'analyse,

- en 2014, l'Américain Philip Griffiths.

Le Prix Leelavati

Ce prix tire son nom d'un traité d'arithmétique et d'algèbre du XIIe siècle, dans lequel le mathématicien Bhaskara II posait des problèmes élémentaires à une certaine Leelavati (peut-être sa fille). Il récompense une action de vulgarisation et de diffusion des mathématiques vers le grand public. Les lauréats de ce prix ont été :

- en 2010 le célèbre vulgarisateur britannique Simon Singh

- en 2014, l'Argentin Adrián Paenza.

Partager cette page

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :